"On frôle l'accident chaque jour " : à Bordeaux, les habitants de Ginko se mobilisent

Actu Bordeaux | 10/10/2022

Les riverains du quartier Ginko à Bordeaux (Gironde) s'inquiètent des nombreux deux-roues circulant sur les voies piétonnes dans cette zone très fréquentée par les enfants.

"On frôle l'accident chaque jour " : à Bordeaux, les habitants de Ginko se mobilisent

« Il y a urgence », pour les habitants de Ginko à Bordeaux(Gironde). Dans cet éco-quartier encore récent, une pétition circule depuis la fin du mois de septembre pour « sécuriser les voies piétonnes et les parcs pour enfants ». Elle a récolté plus de 300 signatures.

En cause ? Les nombreux scooters et trottinettes électriques circulant sur les voies piétonnes, principalement entre les places Cœur Ginko et Jean Cayrol ainsi que les voies privées à usage public reliant l’avenue André Reinson à l’avenue des 40 Journaux. Les cyclistes imprudents sont aussi pointés du doigt.

Leslie Giusti, assistante maternelle et habitante du quartier a lancé la pétition « après un énième témoignage d’une collègue percutée par une trottinette dans le dos en promenant une poussette ». « C’est un quartier très familial et scolaire avec des écoles, des crèches. Ça fait beaucoup d’enfants en danger ».

Les livreurs dans le viseur
« On doit faire très attention quand on remet les enfants aux parents le soir, surtout avec les scooters de livraison », confirme une professeure de l’école Montessori du Lac, dont la porte donne sur la place Jean Cayrol, réservée aux piétons et aux cyclistes uniquement.

« Ça a commencé à l’ouverture du centre commercial avec les restaurants qui font de la vente à emporter », déplore Myriam qui travaille et habite le quartier. Elle emprunte chaque jour avec des enfants cette place qui relie résidences, commerces et traverse la Cour de Québec jusqu’à la place du Centre Commercial Cœur Ginko, un espace privé géré par Bouygues Immobilier. « C’est comme ça tous les jours à partir de midi. Ça va plus vite pour les livreurs de passer par là. »

La pétition a été relayée par des parents et des commerces du quartier. « On frôle l’accident chaque jour. Si j’ai créé la pétition, ce n’est pas pour donner une mauvaise image du quartier, c’est pour mobiliser les acteurs publics et obtenir la sérénité dans les espaces piétons concernés », explique Leslie Giusti.

« La réponse est complexe »
« De notre côté, on a contacté la mairie à ce sujet dès novembre 2021, assure la présidente de l’Association des habitants de l’écoquartier Ginko (AHEG), Isabelle Bertin. S’il n’y a pas encore eu de plaintes de personnes accidentées, nous n’avons pas attendu d’accident grave pour entamer des discussions avec les élus responsables du quartier. »

« Je suis au courant et témoin que des livreurs, surtout des scooters, utilisent cette voie pour leur activité commerciale et on va rappeler aux entreprises concernées d’ordonner à leurs livreurs de respecter le code de la route », répond le maire-adjoint du quartier Bordeaux maritime, Vincent Maurin.

Quand à un aménagement urbain restrictif ou à une caméra de surveillance avec contrôle d’accès, « la réponse est complexe avec un risque de restreindre l’accès aux commerces et pompiers » pour la première solution. Complexe par « manque de moyens humains côté police » pour la deuxième, explique l’adjoint pour qui la principale solution reste « le renforcement des contrôles de police ». « On espère qu’on pourra mesurer des progrès dès le prochain conseil de proximité de 2023. »

Cette problématique remontée par les riverains intervient peu après celle des rodéos urbains organisés dans le quartier et pour laquelle les habitants, excédés, s’étaient fortement mobilisés. Un problème « réglé » et « couronné de succès », selon l’élu, grâce à « la fermeture du parking Auchan la nuit », « le renforcement des équipes de police » et « l’installation de bandes rugueuses dans les rues concernées ».

Auteur(s) : @ Actu Bordeaux