Bordeaux : s’emprisonner pour s’amuser, un complexe de jeux voit le jour

Sud Ouest | 11/12/2022

Les premiers clients font leur entrée au nouveau complexe de jeux Ivazio island, ouvert ce 1er décembre à Bordeaux, dans le quartier commercial Ginko

Bordeaux : s’emprisonner pour s’amuser, un complexe de jeux voit le jour

Cris, rires et musique englobent l’espace une fois les portes de la prison poussées. À Bordeaux, dans l’écoquartier Ginko, Ivazio island a vu le jour le 1er décembre. Le concept de Prison island consiste à s’enfermer dans un labyrinthe de cellules – pour une durée allant de 1 à 2 heures – et réaliser des épreuves. Sur les trente cellules, chacune...

Cris, rires et musique englobent l’espace une fois les portes de la prison poussées. À Bordeaux, dans l’écoquartier Ginko, Ivazio island a vu le jour le 1er décembre. Le concept de Prison island consiste à s’enfermer dans un labyrinthe de cellules – pour une durée allant de 1 à 2 heures – et réaliser des épreuves. Sur les trente cellules, chacune renferme une énigme différente, entre coordination, adresse, force et réflexion. Le Prison island de Bordeaux peut accueillir une centaine de prisonniers en même temps.

Petits et grands se bousculent dans les couloirs gris de la prison reconstituée. Devant chaque pièce, un panneau avec le nom de l’épreuve, sa difficulté et un maigre indice pour tenter de comprendre de quoi il s’agit. Louise, Lou, Jeanne et Léna ont 11 ans. Les amies d’école courent dans le labyrinthe de cette prison pour choisir leurs cibles. Elles enchaînent les cellules en tentant de les comprendre. Pas toujours évident pour elles. Lorsque la lumière rouge envahit la pièce – dû à un manque de temps ou une erreur commise –, c’est Game Over pour l’équipe. « Mais non, il ne fallait pas que tu touches le sol ! » Elles se renvoient la responsabilité tout en riant. Puis passent à la pièce suivante, grand sourire aux lèvres.

Louise, Lou, Jeanne et Léna tentent de comprendre les épreuves une fois arrivées dans la pièce.
Louise, Lou, Jeanne et Léna tentent de comprendre les épreuves une fois arrivées dans la pièce.
Laurent Theillet/ « SUD OUEST »

« Vite, vite, vite ». Leur temps est compté. Après 1 h 30 dans la prison, le groupe d’amies se voit libéré. « C’était génial ! » déclarent-elles en chœur, essoufflées. Elles retenteraient volontiers l’expérience mais Lou émet une réserve : « C’est bien une fois mais peut-être moins maintenant que l’on connaît les épreuves. » Le jeu est ouvert aux participants de 8 à 78 ans. Mais la jeune fille explique : « Il y en a quand même qu’on n’a pas compris. »

Les participants, pouvant être âgés de 8 à 78 ans, forment des équipes.
Les participants, pouvant être âgés de 8 à 78 ans, forment des équipes.
Laurent Theillet/ « SUD OUEST »

Dynamiser le quartier Ginko
Si l’espace de 4 000 m² renferme d’autres activités telles que du bowling, du karaoké, des jeux d’arcade ou un minigolf, c’est bien le Prison island qui est au cœur du projet. Cédric Ozturk, le fondateur, s’étonne même du succès du minigolf : « Au départ, nous l’avions ajouté comme activité d’attente pour le bowling mais finalement certaines personnes viennent spécialement pour le minigolf. Il est saturé en permanence. »

Le Nordiste a choisi Bordeaux pour s’implanter car il considère que c’est une « ville attirante ». Quant au quartier : « C’est un écoquartier récent, en développement, avec près de 10 000 habitants. » Le lieu se veut donc être un espace de ralliement pour les habitants du quartier Ginko. Et une certaine dynamique s’est déjà installée. Pour le premier espace de bowling et restauration, ce sont des locaux qui se déplacent. Cependant, pour le second espace, le Prison island, ce sont des personnes adeptes de ce genre d’activités qui vont venir et qui sont donc susceptibles de se déplacer de plus loin.

Ivazio island est ouvert tous les jours de 14 heures à 01 heures. Les tarifs du Prison island vont de 15 à 30 euros selon le temps et l’heure choisis.

Auteur(s) : @ Sud Ouest