Bordeaux Maritime : dans la vie de quartier, l’accessibilité n’est pas un détail

Sud Ouest | 20/06/2023

En présence des élus municipaux, lors du conseil de quartier Bordeaux Maritime, le 19 juin, les habitants ont décrit et signalé de nombreux exemples d’entraves à leurs déplacements

Bordeaux Maritime : dans la vie de quartier, l’accessibilité n’est pas un détail

Lundi 19 juin, la salle Pierre-Tachou, à Bacalan, était quasiment pleine d’habitants venus à la rencontre des élus de la mairie, lors du conseil de quartier Bordeaux Maritime. Lequel englobe les secteurs Chartrons-Nord, Ginko, Bassins à flot, Bacalan et Aubiers. Outre la « nature en ville » et les modalités du « grand dialogue citoyen », la question de l’accessibilité a été largement développée, en présence de l’adjoint au maire en charge du dossier, Olivier Escots. À en juger par les échanges, cette thématique est loin d’être anodine pour les riverains.

Notamment ceux de Ginko, jeune quartier de la zone Bordeaux Maritime dont des structures sont déjà délabrées. « Au niveau des lattes en bois le long du tramway, celles-ci sautent, on est coincé », dit une dame en fauteuil roulant. Tout en remarquant que les couloirs sont larges, elle pointe les jointures des carreaux qui s’en vont et bloquent les fauteuils. « On est obligé d’aller sur les pistes cyclables. » Toujours dans ce même quartier, une mère de famille déplore que des véhicules se garent sur les trottoirs et passages pour piétons aux abords des écoles : « Ma fille a peur, on ne la voit pas, elle a failli se faire écraser. »

Bloqué par un chantier
Et puis il y a les chantiers. Par exemple, celui des rues Chantecrit et Hautreux, pour les besoins d’un réseau de chaleur. Un riverain se plaint que l’accessibilité n’ait pas été maintenue durant le chantier par la société qui en a la charge. Ont été aussi évoqués les vieux passages pour piéton avec les creux, aux Bassins à flot. « Les fauteuils restent coincés. Je dois demander aux passants de me sortir de là. »

Les élus Vincent Maurin et Olivier Escots ont pris note de ces désagréments qui pourrissent la vie des personnes à mobilité réduite et des comportements qui peuvent être accidentogènes. Ils comptent y remédier le plus vite possible en saisissant les services concernés. Et « si vous constatez ce type de difficultés ou de problème, a rappelé Olivier Escots, vous pouvez le signaler en contactant le service Allo mairie proximité au 05 56 10 33 33. »

Auteur(s) : @ Sud Ouest